Une fabuleuse découverte

En octobre 2017 paraît dans une revue scientifique un article d’Albert Le Floch et Guy Ropars, chercheurs à l’Université de Rennes 1, sur le manque d’asymétrie des centroïdes de Maxwell et de dominance oculaire chez les personnes dyslexiques.

Quelle est la nature de la découverte des chercheurs ?

En savoir plus

Reconnu par l’Académie Nationale de Médecine

En décembre 2020, les chercheurs reçoivent, de l’Académie Nationale de Médecine, le prix Raymonde DESTREICHER pour leurs travaux. Ce prix vise à récompenser des chercheurs pour des travaux ayant trait à la médecine des yeux.

Poursuivant leurs études, les chercheurs ont exploré l’incidence d’une lumière artificielle auprès de normolecteurs et de personnes dyslexiques. Rassemblant plusieurs travaux scientifiques, les chercheurs ont défini les spécifications techniques d’une source lumineuse artificielle permettant à une personne dyslexique de percevoir un texte lu tel que le percevrait un normolecteur (possédant, lui, une dominance oculaire).

Dans ce cas, peut-on guérir la dyslexie ?

Non, ce n’est absolument pas le propos scientifique ! Ce terme, utilisé à mauvais escient par certaines personnes, est à l’opposé de la réalité des travaux scientifiques.

Quelle est l’incidence lors de la lecture ?

La projection d’un flux lumineux aux caractéristiques spécifiques permet d’améliorer “l’entrée” visuelle, d’améliorer les voies dites d’assemblage et d’adressage (appelées aussi respectivement voie phonologique et voie lexico-sémantique/lexicale/de surface … ) et permet ainsi à la personne dyslexique (enfant comme adulte) de libérer toutes ses capacités cognitives pour les autres processus inhérents à la lecture (habiletés phonologiques, déchiffrage, …) pour ensuite arriver à la compréhension en mobilisant son vocabulaire, ses compétences grammaticales, sa mémoire de travail, etc.

Pourquoi est-ce une avancée majeure pour les personnes dyslexiques ?

Une meilleure perception de la forme globale du mot

Parce qu’en permettant d’améliorer “l’entrée visuelle”, le lecteur aura une meilleure perception de la forme globale du mot et pourra mieux faire le rapprochement entre le mot lu et le stock des mots connus (lexique orthographique).

Et, lors de la lecture d’un nouveau mot, le lecteur analysera plus aisément les caractères pour reconstituer les graphèmes du mot et les rapprocher plus efficacement des phonèmes pour reconstituer ce nouveau mot lu.

Les facultés cognitives et attentionnelles ainsi libérées permettront également d’accéder à la mémoire de travail, à la représentation mentale, et mettre en relation ce qui a été lu précédemment, ce qui est lu sur l’instant et ce qui est connu pour accéder au sens de la lecture.

Qui sommes-nous ?

Professionnels de différents horizons, nous nous sommes réunis autour de convictions, après avoir constaté et entendu des enfants et des adultes exprimer leurs nouvelles perceptions avec cette technologie.

Avec les chercheurs et l’Université Rennes 1 nous avons signé un accord de partenariat exclusif portant sur les brevets déposés.

Nous avons conçu une lampe qui exploite les inventions des chercheurs, dans le but de faciliter la lecture des personnes dyslexiques.

Où en sommes-nous ?

A l’approche d’une version finale ….

  • Réglages personnalisables

  • Conforme aux travaux de recherche

  • Pliable

  • Robuste

  • Autonome sur batterie

  • Compacte

Inscrivez-vous !

Votre enfant est dyslexique,
vous souhaitez participer aux premiers tests de notre lampe ?

Laissez vos coordonnées, nous vous recontacterons.

    Vous souhaitez nous rejoindre

    Vous êtes un entrepreneur dans l’âme, vous avez de l’audace, participez à un projet ambitieux !

    Postulez !

    Contact Presse

    Vous souhaitez avoir plus d’informations sur notre société, on vous dit tout !

    Rencontrez-nous !